Couteau en damas torsadé

Lame en damas 80 couches forgée à la main. Manche en bronze coulé à la cire perdue dans un four traditionnel au charbon de bois.

Couteau celte en acier grappé

Lors de la fabrication de ce couteau, le principal objectif était de reproduire le plus fidèlement possible l’acier utilisé par les populations celtes

Le grappage

Le grappage, ou comment fabriquer un couteau à partir d’un tas de vis

Le damas

Un article détaillé sur la technique du damas

Couteau à double tranchant avec manche en laiton

Le tranchant de la lame a été formé à la forge jusqu’à une épaisseur de moins d’un millimètre. Après avoir été trempée, la lame a ensuite été aiguisée à la pierre.
Le manche a été coulé suivant la technique traditionnelle de la cire perdue

Couteau premier Âge du Fer

Reproduction d’un couteau hallstattien découvert dans le tumulus de Chaffois « Mordeterre » (Doubs)

Mise en forme de la lame

Les artisans modernes disposent aujourd’hui d’abrasifs performants. Les artisans des périodes anciennes ne disposaient pas de tel matériel et devait créer l’émouture du couteau à la forge.

Métallographie des expérimentations de janvier 2014

Les barres forgées lors des expérimentations ont été analysées au laboratoire Métallurgie et Cultures de Sevenans (LMC – UMR 5060 – CNRS – IRAMAT). Cela a permis de les comparer aux originaux trouvés à Saint-Thiébaud (39).

Expérimentations de janvier 2014

Cette série d’expérimentations a été mené dans le cadre des recherches sur le lot de 26 currency-bars découvert à Saint Thiébaud (39). Le travail consistait notamment à effectuer des séries de soudures avec replis.